Le théâtre de la Roseraie - www.roseraie.org





Janvier


 
Théâtre jeune public [dès 4 ans] | Dimanche 22 janvier à 16h00

Bizar

par le Théâtre des 4 Mains et De Kolonie MT

Un spectacle surréaliste plein de surprises

Deux cultures se rencontrent pour mettre en évidence le surréalisme belge qui est leur point commun et pour raconter une histoire universelle, dans une scénographie conçue à partir d’objets de récupération.

Ça se passe chez une petite dame bizarre. Elle voyage dans son appartement, entre ses tableaux, ses meubles et son increvable télévision. Elle se promène en vélo d’appartement et danse au son de son armoire musicale.
S
es tiroirs débordent d’un fatras d’objets dont elle ne se sépare pas car ils ont le pouvoir de l’emmener partout. Ils sont vivants et lui tiennent compagnie. Mais parfois les objets lui résistent et ça l’énerve… C’est ainsi que débarque dans son univers un jeune réparateur. Il ouvre les armoires, branche les prises mais rien ne se passe selon sa logique !

Interprétation: Kristin Arras, Marc Weiss
Mise en scène: Marie-Odile Dupuis
Prix de la Ministre de l’Enfance Alda Greoli aux Rencontres de Huy en août 2016

" Faites l’expérience un jour : emmenez vos petits voir une pièce du Théâtre des 4 Mains, ils seront pliés de rire à coup sûr. Absolument rien n’est prévisible dans ce spectacle qui mêle les marionnettes les plus artisanales à la technologie la plus étonnante, dans un grand chambardement auditif et visuel où tout est merveilleusement ludique. N’est-ce pas ce qui compte pour faire aimer le théâtre aux enfants ? " - Le Soir. août 2016.

Tarifs: 7€ enfant et membre/ 10€ adulte






Théâtre | Mardi 31 janvier à 20h30

L'Entrée du Christ à Bruxelles

par la Cie Belle de nuit et l'Atelier 210

Le Christ est revenu ! Et comme l’avait imaginé James Ensor, il a choisi Bruxelles pour son grand retour. Le 21 juillet qui plus est ! Tandis que l’église se prépare à rendre des comptes, le pays accueille la nouvelle avec allégresse ; le Manneken Pis se pare d’une couronne d’épines, les chauffards changent de ton, les quartiers fleurissent. C’est l’effervescence au sein des différents gouvernements réunis à Val Duchesse. Car la venue du Christ n’est pas sans créer des problèmes linguistiques : qui accueillera le Sauveur ? Et dans quelle langue?
 
Ah si le Christ pouvait revenir !
Georges Lini a adapté la délicieuse farce sur l’Entrée du Christ à Bruxelles. Il en a fait un monologue interprété avec brio par Eric De Staercke.
Evitant la simple pochade rigolote sur la Belgique, le spectacle est une fable philosophique sur l’homme et son égoïsme.
Une histoire qui tient le public en haleine pendant une heure trente. Une soirée où l’on peut rire et réfléchir. Guy Duplat – La libre Belgique – 10 nov.16
 
Ebouriffant solo d’Eric De Staerke, Manneken Pis paré d’une couronne d’épines
Seul sur scène, Eric De Staercke réussit l’exploit de convoquer cette belgitude tous azimuts. Avec cette nonchalance, son aplomb terre à terre,
le comédien est le parfait réceptacle de cette Belgique surréaliste, improbable assemblage qui tient encore par on ne sait quel miracle.
Mis en scène dans une belle sobriété par Georges Lini, le comédien hirsute déballe avec une féroce autodérision
un flot de personnages et d’images représentant une nation égarée en quête d’un berger pour changer la petitesse de son existence. Catherine Makereel – Le Soir – 10 nov 16

Texte : Dimitri Verhulst
Mise en scène et adaptation : Georges Lini
Interprétation : Eric de Staercke
Assistanat à la mise en scène : Lola Delcorps
Animation : Jean Goovaerts
Vidéo et son : Sébastien Fernandez
Scénographie : Thibaut De Coster et Charly Kleinermann
Régie : Luc Jouniaux

" Dimitri Verhulst pose un regard férocement drôle sur la Belgique et ses dysfonctionnements : la complexité absurde de nos institutions, le pouvoir de l’Eglise (le livre a été écrit à l’époque des scandales de pédophilie au sein du clergé belge), avec au passage des coups de griffe au nationalisme flamand (auquel il a lui-même tourné le dos en allant habiter en Wallonie) ou à la famille royale. Mais il va plus loin encore : ce sont nos comportements égoïstes qu’il fustige, nos replis identitaires, notre rejet de l’autre (avec humour, toujours). Et au final, cette question : faut-il attendre la venue d’un dieu pour rendre le monde meilleur ? " - Rtbf Culture. Novembre 2016.

Tarifs: 7€ enfant et membre/ 10€ adulte





La Roseraie | Tél: + 32 (0)2 376 46 45 | secretariat@roseraie.org | Respect de la vie privée | Page 94.5